«Et le touriste n'était pas satisfait.
Il est venu de l'autre bout du monde, quarante-huit heures d'avion depuis Paris,
pour voir les geisha, les cerisiers en fleur, les mousmés souriantes, les kimono,
les petits hommes si polis, les maisons de papier, ombrelles, jardins japonais et estampes...
Cette liste de clichés, Germain l'avait inscrite sur son agenda, comme plan de travail...»

Connaissance du monde, 1960

TABLE DES MATIÈRES

QUATRIÈME DE COUVERTURE

EXTRAIT

PHOTOS-SOUVENIRS

 

TABLE DES MATIÈRES

   
 

1. Terre Sainte

2. Liban

3. Jordanie

4. Israël

 
   

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Depuis 1949, Jean Raspail a réalisé plusieurs expéditions et voyage d'étude à travers le monde. Ne connaissant pas encore le Proche-Orient, il y consacre sa cinquième mission documentaire, où l'hostilité entre Arabes et Juifs ne lui facilite pas la tâche.

Membre du Club des Explorateur, conférencier de "Connaissance du Monde", écrivain et journaliste, il est l'auteur de quatre livres et de nombreux grands reportages parus en particulier dans Le Figaro.

EXTRAIT...

Sous la mosquée d'Omar, au centre de l'ancienne esplanade du Temple, qui abrite le rocher sacré, le sommet fameux du mont Moriah, il est une petite grotte à six angles inégaux, fort vénérée des musulmans. Six prophètes y prièrent, révélant à eux six les trois religions monothéistes : là, Abraham. Là, David, Ici, Salomon. A côté, Elie. Là, Jésus, et là, Mahomet. C'est du moins ce que vous explique le guide.

Mais en tête de ce chapitre, nous avons écrit « Terre sainte » au singulier. Supprimer l's signifie que des trois Jérusalem, cette ville que martyrise une triple sainteté, la Jérusalem de Salomon et des Juifs, celle du Christ et celle de Mahomet, nous ne retiendrons dans ce chapitre que la seconde, avec tout le pays qui l'entoure et qui est son complément : la Palestine, la Terre sainte, vers laquelle s'élancèrent huit croisades d'Occidentaux, nos semblables. Cette Terre sainte est nôtre, croyants ou non, puisque nous sommes d'Occident.

La géographie politique récente l'a partagée en deux pays : Israël et la Jordanie, l'un juif, et l'autre musulman, auxquels nous consacrons deux chapitres. La Jordanie en possède la plus grande partie, et son Commissariat au tourisme l'a baptisée Holy Land sur toutes les affiches de sa propagande ! Le Liban, lui-même, comprenant l'attrait publicitaire d'un tel vocable, rappelle qu'il est aussi « Terre sainte », puisque selon les Evangiles « Jésus alla dans le pays de Tyr et Sidon ».

Notre Terre sainte n'a pas de frontières. Elle n'appartient à aucun des trois pays — de religion non chrétienne — qui se partagent son nom et les bénéfices qu'il rapporte. C'est pourquoi nous avons voulu lui consacrer un chapitre spécial, le premier.

PHOTOS-SOUVENIRS...

Aliette et Jean Raspail se baignant dans la Mer Morte

Sur la route de Petra