ACCUEIL

- Actualités -

Une réédition attendue... et La Rouërie....

Quatrième de couverture :

« Dans le trésor personnel de Jean Raspail figurait une hache de pierre noire, qui venait du fond des temps, du fond des steppes. Magnifique objet, objet toujours vivant. Symbole. Gage de vie, parfois gage de mort, la possession de la hache conduit jusqu'à nous, par miracle, des peuples perdus et des minorités oubliées, rescapées de temps révolus. Parfois, il ne s'agit plus que de leur souvenir, recueilli comme un dernier souffle, lien presque impalpable entre morts et vivants. Aïnos blancs du Japon, Ghiliaks de Sakhaline, Catholiques des catacombes du Kyu Shiu, Urus demi-dieux des Andes, Wisigoths du Languedoc, Caraïbes, Taïnos et Lucayens des Antilles, Guanaquis d'Amazone, descendants de hussards de Napoléon réfugiés dans la grande forêt russe, Huns survivants des Champs Catalauniques… Tous peuples d'ombres que Jean Raspail évoque passionnément après vingt-cinq années passées à suivre leurs pistes effacées. Livre grave et joyeux, à la manière de Jean Raspail, La Hache des steppes réveille en nous des échos profonds. Les hommes perdus qu'il évoque, ce sont nos frères, c'est nous-mêmes - venus du fond des temps, du fond des steppes, serrant dans notre main la hache immortelle....


       Autre ouvrage qui a été ajouté à notre bibliographie, Armand de la Rouërie, une biographie écrite avec Alain Sanders.

« Armand de  La Rouërie a été un des héros de l'indépendance américaine (il est arrivé au secours des Insurgents trois mois avant La Fayette). Il a été, via l'association bretonne fondée par le comte de Noyan, l'inspirateur de la chouannerie. Il n'en reste pas moins méconnu, pour ne pas dire inconnu. En France.
   On nous dira : « Peut-être. Mais il a sa statue à Fougères. »  Ce à quoi nous répondons : « Certes ! Mais elle a largement été payée par les Américains...»
Car si La Rouërie n'est connu chez nous que par quelques happy few, il est très célèbre aux Etats-Unis. Au point qu'un jour, un de nos amis de Virginie, nous a dit :
    - Quand les troupes américaine sont arrivées en France en 1917, ce n'est pas La Fayette, nous voici ! qu'il fallait dire, mais La Rouërie, nous voilà !

 La Rouërie a suscité des fidélités indéfectibles. Celle du major Schafner, son lieutenant en Amérique, venu se battre - et mourir - à ses côtés en France. Thérèse de Moëlien, sa cousine intrépide, guillotinée à Paris. Monsieur et Madame de la Guyomarais, eux aussi guillotinés pour l'avoir caché. Et dix, vingt, trente autres encore...
 

- AVRIL 2015 -
LÀ-BAS, AU LOIN, SI LOIN....
EN UN VOLUME :
Le jeu du roi - Moi, Antoine de Tounens -
Qui se souvient des hommes... - Septentrion - Sept Cavaliers...
& un inédit - le roman inachevé : La Miséricorde

Quatrième de couverture :

« Lecteurs ! Vous allez embarquer sur un navire étrange, un bâtiment littéraire. Il a largué les amarres il y a cinquante ans, à moins que ce ne fussent cinquante siècles (mais les faire-part de naissance importent-ils, en littérature ?). C’est un vaisseau de légende. L’équipage ? Des hommes inaptes à la vie moderne. Son port d'attache ? La mélancolie ou la lucidité, ce qui revient au même. Sa destination ? Tout horizon perdu.

Vous vous apprêtez à voguer là-bas, au loin, si loin..., vers des horizons dissous dans la lumière. Vous croiserez des ciels de pluie, des mers labourées, des steppes sans contours, des forêts harassées. Vous rencontrerez des spectres, errant dans les brumes. Le monde n'a plus besoin de ces hommes. Pour eux, finalement, c’est une chance. Chassés par leurs semblables, ils échappent au pire.

Et qui se souvient d'eux ? Raspail. »

Sylvain Tesson

Trois parties composent ce volume. Les deux premières illustrent les grands cycles romanesques de Jean Raspail : « La Patagonie » - avec Le Jeu du roi, Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie (Grand Prix du roman de l’Académie française) et Qui se souvient des hommes... - et « Les confins » - avec Septentrion et Sept cavaliers quittèrent la Ville au crépuscule par la porte de l’Ouest qui n plus gardée. La dernière est constituée d’un seul ouvrage, inédit et inachevé, La Miséricorde.

On croise dans la première partie un petit garçon rêvant d’un royaume et un roi de Patagonie, « par la grâce de Dieu et la volonté des Indiens de l’extrême sud du continent américain », qui partageront leurs songes et leur destin ; un obscur avoué périgourdin, Antoine de Tounens, qui se fait conquérant et, là-bas, au loin, sous le nom d’Orélie-Antoine Ier, se bâtit un royaume d’Araucanie et de Patagonie aux dimensions de son rêve ; enfin des indiens Alakalufs, qui se nommaient eux-mêmes « les Hommes », venaient du fond des âges et vivaient si loin, en Terre de Feu. Dans ces trois livres, Jean Raspail célèbre des vertus qu’il habille en costume traditionnel patagon pour les préserver de la médiocrité : le courage, la loyauté, la fidélité. Dans « Les confins » vivent des hommes libres, des hommes du refus qui, à l’étroit, quittent la Ville et partent vers l’inconnu, vers le Septentrion ou de l’autre côté du Fleuve, là-bas, au loin, si loin... Les deux livres racontent la même épopée, aux confins du réel et de l’imaginaire.

Dans La Miséricorde, roman inspiré d’une histoire vraie, dominent là encore les notions d’honneur et de fidélité, mais aussi d’indignité et de rédemption. Jean Raspail, qui se fait ici remueur de conscience, décrit dans un « Post-scriptum », sans en révéler totalement le secret, la genèse de ce livre écrit entre 1966 et 2013. Ses protagonistes, qu’ils soient laïcs ou serviteurs de Dieu, marqueront à coup sûr les esprits.

• • •

Jean Raspail a reçu en 2003 le Grand Prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. Aux éditions Robert Laffont, il a publié, entre autres livres, et outre ceux repris dans la présente édition, La Hache des steppes, Les Hussards, L’île bleue et Le Camp des saints, sans cesse réédité depuis 1973 et traduit en huit langues.

 

 

 

Jean Raspail
dans Le Figaro du 9 avril 2015

Jean Raspail
dans Valeurs Actuelles 4089 d'avril 2015

- 2014 -
Le tome 3 de l'adaptation du roman de Jean Raspail par Jacques Terpant :
LE ROYAUME DE BORÉE - Tristan

   Des trois tomes du Royaume de Borée, celui-ci est le plus dense, le plus long aussi - 64 pages, quasiment 10 de plus que les autres albums, ce qui s'explique par le fait qu'à l'origine la série devait comporter quatre albums.

   Mais la nécessité de raconter toute la dernière partie en un seul volume, depuis l'époque napoléonienne jusqu'à aujourd'hui, pour ainsi dire, a imprimé à l'ensemble une intensité dramatique qui accentue encore l'impression de chute irrémédiable, de course inexorable vers la fin définitive d'un monde - quelque chose de si typiquement raspailien ! Le destin du petit homme couleur d'écorce bascule avec l'avènement du monde moderne. Cela rappelle Qui se souvient des hommes... Mais avec lui, c'est aussi quelque chose comme le rêve d'au-delà de l'horizon qui s'évanouit, ne demeurant plus que dans la mémoire nostalgique de quelques-uns. La chaîne immémoriale a été rompue. On ne regarde plus l'horizon avec des désirs d'évasion, de dépassement de soi, peut-être aussi de transgression; on se retourne désormais vers le passé pour se remémorer un rêve perdu dont il ne subsiste plus, avec les souvenirs vagues de quelques-uns, qu'une flèche, comme un écho à la Hache des steppes... « Doucement, avec l'onction ecclésiastique, je reposai l'objet sur ma table de travail. Table de travail, table de rêve. »

Et le tour de force accompli par Jacques Terpant, depuis le début de son travail sur l'oeuvre romanesque de Jean Raspail se vérifie un fois de plus ici - et ô combien ! Car ce que parvient à convoquer Jacques Terpant ici, c'est ce qui se laisse le plus difficilement traduire dans une bande dessinée : l'émotion. On referme l'album, les larmes aux yeux, tant on se sent submergé par la beauté évocatrice des dernières vignettes qui traduisent et résument si magnifiquement le talent de l'auteur à travers toute cette adaptation : cette infidèle fidélité au texte, à l'esprit de Raspail, qui s'imposait en passant de l'écrit à l'image, mais qui constituait aussi un énorme défi. Jacques Terpant a su le relever avec plus que du talent, du panache, de la poésie et une immense générosité.

Chapeau l'artiste !

 

Entretien avec Jacques Terpant
sur le tome 2 du Royaume de Borée

 

Extraits 1

 

Extraits 2

La nouvelle livraison du MONITEUR DE PORT-TOUNENS

 

   Comme chaque année, François Tulli, Vice-Consul de Patagonie, a publié - toujours superbement - une nouvelle livraison du Moniteur de Port-Tounens.
   Riche de 162 pages, ce 15e Bulletin de liaison des amitiés patagones (BLAP), abondamment illustré, est une mine pour tout amoureux de la Patagonie. Outre de nombreux témoignages et reportages de sujets de Sa Majesté Orélie-Antoine 1er à travers le monde, il offre également un ensemble unique de documents, d'article, de textes d'une variété éblouissante, ainsi qu'un éditorial de Jean Raspail !

  

Prix : 34 € (0,17 pesos patagons), port compris pour la France (Autres pays de l'Union Européenne + 3 € de port, hors Union Européenne + 5 € de port)

A commander auprès du vice-consul : Monsieur François Tulli, Chancellerie de Patagonie - 20 avenue de Lowendal, 75015 Paris
chèque à l'ordre de F. Tulli - BLAP

- RÉÉDITION -

   Ces dernières années ont vu paraître la réédition de plusieurs ouvrages devenus introuvables de Jean Raspail.

   Cela commença en 2010, avec la réédition inattendue du second roman de Jean Raspail, Les Veuves de Santiago.
  
En 2011, c'était au tour de
Journal Peau-Rouge, Mes libres voyages dans les réserves indiennes des États-Unis d'Amérique d'être réédité par l'atelier Fol'Fer ; puis en 2012, les éditions Via Romana eurent l'heureuse initiative de rééditer Secouons le cocotier dont Bleu Caraïbe & Citrons verts constitue en somme le second volume.
  
Ici, Jean Raspail suit la piste perdue des Indiens caraïbes, qui furent pendant des siècles les seuls maîtres de ces îles. Cette piste le conduit d'Haïti aux îles Grenadines, en passant par Saint-Barthélemy, Saint-Eustache, Saint-Kitts, la Guadeloupe, Marie-Galante, la Dominique... Bien des personnages surgissent au détour de cette piste et pour son adieu aux Antilles, Jean Raspail choisit des sentiers écartés...

 

 

- 2013 -
Le tome 2 de la nouvelle adaptation du roman de Jean Raspail par Jacques Terpant :
LE ROYAUME DE BORÉE

   Le Terpant nouveau est arrivé !

   Le second volet de la superbe adaptation des Royaumes de Borée de Jean Raspail s'annonce d'ores et déjà comme une pleine et entière réussite, tant la fusion d'esprit entre l'écrivain et l'auteur de bandes dessinées semble totale... Et puis, Jacques Terpant est un véritable artiste... Ce qui change tout, en un sens. Ainsi, bien des lecteurs de Jean Raspail qui n'avaient de leur vie ouvert une bande dessinée, ont été conquis par le talent de dessinateur et surtout de coloriste de Jacques Terpant. Car il faut bien admettre que chacune des vignettes constitue à elle seule un tableau, tant l'auteur apporte de minutie à son dessin, aussi riche en détails qu'en nuances. Fidèle au roman, tout en en ayant reconstruit la trame, Jacques Terpant nous livre à travers cette nouvelle saga davantage qu'une simple illustration : une adaptation authentique, brillante et animée d'un vrai souffle épique. Chapeau l'artiste !

L'image de couverture...
De sa conception à sa réalisation
(Cliquez sur l'image ci-dessous)

Présentation

Extraits

La nouvelle livraison du MONITEUR DE PORT-TOUNENS

   Comme chaque année, François Tulli, Vice-Consul de Patagonie, vient de publier - superbement - une nouvelle livraison du Moniteur de Port-Tounens. Riche de 162 pages, ce 14e Bulletin de liaison des amitiés patagones (BLAP), abondamment illustré, est une mine pour tout amoureux de la Patagonie. Outre de nombreux témoignages et reportages de sujets de Sa Majesté Orélie-Antoine 1er à travers le monde, il offre également un ensemble unique de documents, d'article, de textes d'une variété éblouissante.

   Ainsi, le Jeu du Roi se poursuit-il, se gagnant chaque mois davantage d'amis - car, comme le souligne Jean Raspail dans son Éditorial :

   «Il se trouve que depuis quelques années, avec une nette accélération à partir du mois de mai 2012, le choix d'appartenir à l'univers onirique de Patagonie se double chez nombre de nouveaux impétrants d'une sorte de répulsion désolée à l'égard de ce qui se passe en France et d'une profonde lassitude  morale face aux dérives irréversibles qui s'annoncent. On décèle chez eux la nécessité impérieuse de s'attacher à une patrie de rechange, et le besoin véritable de s'y exiler, non pas géographiquement (ou fiscalement!) mais pour établir une frontière aussi nette que symbolique à l'abri de laquelle ils puissent respirer à l'aise...»

Prix : 33 € (0,33 pesos patagons), port compris pour la France (Autres pays de l'Union Européenne + 3 € de port, hors Union Européenne + 5 € de port)

A commander auprès du vice-consul : Monsieur François Tulli, Chancellerie de Patagonie - 20 avenue de Lowendal, 75015 Paris
chèque à l'ordre de F. Tulli - BLAP

 

Anciens numéros du Moniteur de Port-Tounens

BLAP n° 12

BLAP n° 13
(reprend tous les éditoriaux de Jean Raspail des n° 1 à 12
et un historique du Consulat Général de 1980 à 2010)

Le n° 12 est au prix de 15 euros et le n° 13 au prix de 20 euros
(les deux numéros au prix de 25 euros)
Prix TTC port compris - Commande à la Chancellerie

- DERNIERES  RÉÉDITIONS -
2010/2012

   Ces deux dernières années ont vu paraître la réédition de plusieurs ouvrages devenus introuvables de Jean Raspail.

   Cela commença en 2010, avec la réédition inattendue du second roman de Jean Raspail, Les Veuves de Santiago. Le roman d'un débutant, dont la qualité littéraire est certes inégale mais qui mérite d'être lu ou relu aujourd'hui dans la superbe réédition de la Maison Via Romana, agrémentée d'une préface d'Anne Brassié et d'illustrations dues à Yan Méot.

   «Les Veuves de Santiago, note Anne Brassié, se révéla encore plus précieux que je ne le pensais car c'est le cinquième livre de l'auteur et seulement son second roman. Il a 37 ans. [...] En 1960, le voyageur est bloqué trois jours dans une gare du Congo, au Katanga. Temps de guerre mais pour l'écrivain temps idéal où commencer un nouveau livre inspiré cette fois de la Cordillère des Andes que Jean Raspail a arpentée avant l'Afrique. Envoyé par Le Figaro l'écrivain est resté cinq mois au Pérou, séjournant dans la vieille hacienda de deux frères, grands propriétaires terriens, héritiers d'une très ancienne famille. [...] Les héros de Jean Raspail diffèrent totalement des héros de Proust. Ils ont besoin de vastes horizons, de plaines immenses et de plateau venteux. Jean Raspail est un écrivain voyageur. L'air des territoires battus aux vents explorés dans sa jeunesse, souffle sur chacune de ses pages.»

   Et de fait, Les Veuves de Santiago vous emportent au galop en terre indienne, sur l'altiplano du Pérou, face à l'irruption de la société moderne - thème on ne peut plus raspailien...

   Pour commander l'ouvrage en ligne, cliquez sur le lien, ci-dessous :

 

   Aux Veuves de Santiago succéda, en 2011, la réédition de Journal Peau-Rouge, sous-titré : Mes libres voyages dans les réserves indiennes des États-Unis d'Amérique.

  De ce sous-titre, retenons "libres"; car ce Journal est d'abord celui d'un esprit libre, qui aime à s'aventurer hors des sentiers battus...

  Journal peau-rouge est le compte-rendu quasi-quotidien d’un écrivain français désireux de connaître la situation exacte des Indiens aux États-Unis au moment où le pays traverse une crise induite par le Watergate, la défaite au Vietnam, la contestation post-Sixties et le déclin économique. Raspail arrive à New-York le 2 mai 1974 et voyage d’Est en Ouest jusqu’en août. Il visitera une trentaine de tribus. Cette année-là, le mouvement politique indien est en pleine effervescence.
  Les militants radicaux de l’American Indian Movment (A.I.M.) ont occupé en 1969 l’île–prison désaffectée d’Alcatraz, puis en 1973, ils ont résisté militairement au F.B.I. à Wounded Knee. Les militants indiens calquent leurs actions sur celles des militants du Black Power des années 1960. Raspail pense que « l’Amérique est malade de ses minorités et nous n’en sommes qu’aux premiers symptômes ».

 

   Pour commander l'ouvrage en ligne, cliquez sur le lien, ci-dessous :

 

   Enfin, en 2012, les éditions Via Romana ont eu l'heureuse initiative de rééditer cette fois Secouons le cocotier, 3000 km de navigation à travers la Guadeloupe, la Désirade, les Saintes, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, Saba, la Dominique, les Grenadines...

   «On a enfilé sans pudeur, à propos des Antilles, les mêmes lieux communs, jusqu'à l'écœurement, note Jean Raspail. Je ne déteste pas les Antilles, je les aime parfois beaucoup, à la folie rarement, et rarement pas du tout, mais j'en ai par-dessus la tête de la littérature de voyage. On ne peut plus lire un récit de voyage dans lequel l'auteur ne se croit pas obligé de s'exprimer comme un dépliant publicitaire en couleurs, car la civilisation des loisirs a broyé la littérature de voyage dans la moulinette touristique. Il n'y a donc plus qu'à tirer l'échelle, et tout recommencer. C'est ce que je fais...»

   Pour commander l'ouvrage en ligne, cliquez sur le lien, ci-dessous :

 

- RENTRÉE LITTÉRAIRE 2011 -
Le tome 1 de la nouvelle adaptation d'un roman de Jean Raspail par Jacques Terpant :
LE ROYAUME DE BORÉE

  Après la parution des trois tomes de l'adaptation très réussie des Sept Cavaliers, Jacques Terpant s'est attaqué à une nouvelle adaptation d'un roman de Jean Raspail, Les Royaumes de Borée, devenue pour l'occasion Le Royaume de Borée, en trois volumes également.

   Dans le vaste monde de la BD, il en va comme dans le monde du roman : c'est le style qui différencie l'homme ou la femme de talent du tout venant. Le style de Jacques Terpant est immédiatement identifiable : d'abord par la précision du dessin - fruit de longues recherches -, la maîtrise des volumes, et surtout, de notre point de vue, son extraordinaire talent de coloriste. Chacune de ses vignettes constitue, en elle-même, un petit tableau, une miniature, d'une beauté époustouflante qui, aussitôt qu'on se plonge de la lecture-contemplation de chaque planche transporte ailleurs. C'est probablement en cela que Jacques Terpant était destiné à croiser la route de Jean Raspail. Et puis, il y a le travail d'adaptation, la mise en dialogues, très respectueux du texte original. Jean Raspail, un peu sceptique au départ de l'aventure, s'est du reste laissé aisément conquérir par le travail de Jacques Terpant, à propos duquel il ne tarit pas d'éloges. Et l'on sait qu'il n'est pas du genre à manier la langue de bois. C'est donc les yeux, non pas fermés mais grand ouverts que tout lecteur des romans de Jean Raspail peut se précipiter sur cette nouvelle adaptation, dont Jacques Terpant offre au visiteur du site la primeur, à travers ces quelques exemples de planches.

SORTIE : le 24 août 2011

 

Commandez dès aujourd'hui votre exemplaire !

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

Nouvelle édition du Camp des Saints
Précédé de
Big Other

   La Nouvelle Année nous apporte ainsi, non pas un "Raspail nouveau", mais un retour sur un "Raspail ancien" - plus que jamais d'actualité !

   On ne présente plus Le Camp des Saints, sans doute l'un des romans parmi les plus emblématiques de Jean Raspail; celui qui est le plus spontanément associé à son nom, celui qui lui valut et lui vaut encore la part la plus controversée de sa célébrité, tant il est vrai que le roman pose questions, soulève débats, polémiques... et suscite le malentendu, généralement parmi ceux-là même qui ne l'ont pas lu.

   De surcroît, le thème du roman étant devenu d'une brûlante actualité en l'espace de presque quarante ans (la première édition remonte à 1973!), l'ouvrage, en lui-même, constitue une sorte de survivant d'un temps où la liberté d'expression n'était pas aussi "encadrée" qu'elle l'est aujourd'hui. En l'état, Le Camp des Saints serait impubliable de nos jours, puisqu'il tomberait sous le coup des lois Gayssot (1990), Lellouche (2001) et Perben (2004), ainsi que le note l'auteur dans la longue préface dont il a agrémenté la présente réédition du Camp des Saints, sous le titre Big Other, en référence au célèbre roman de George Orwell.

   On le sait : depuis Les Royaumes de Borée, Jean Raspail effectue un retour sur son œuvre et sur son parcours, avec la publication en 2005 de En canot sur les chemins d'eau du roi, et en 2010 la réédition des Veuves de Santiago. A ce titre, Big Other constitue donc également un retour sur une œuvre qui, par sa thématique, se rattache aux autres romans - parmi lesquels Qui se souvient des hommes - et récits de l'auteur consacrés aux peuples sur le point de s'éteindre.

   Sauf que le peuple dont il s'agit en l'occurrence, c'est nous !

   Roman d'anticipation, donc, Le Camp des Saints nous confronte en premier lieu à notre propre devenir - possible? Voire certain? C'est là que s'amorce le débat.

   Par le biais de Big Other, Jean Raspail a tenu à faire le point sur cette anticipation écrite il y a quarante ans de cela. Et comme il fallait s'y attendre, la mise à point ne manque pas de panache ! On pourrait même dire qu'en un certain sens, Jean Raspail enfonce le clou. Là où ça fait le plus mal. Il est vrai que le caractère pour ainsi dire prophétique du Camp des Saints n'a pas été démenti par les faits et que la réalité est en passe de rattraper la fiction...

 

 

La Nouvelle édition du Camp des Saints dans la presse

Figaro-Magazine - 05.02.2011 Valeurs Actuelles - 16.02.2011 Le Point - 17.02.2011

LA RENTRÉE 2010 DE JEAN RASPAIL

Riche actualité pour Jean Raspail, en cette Rentrée 2010.

Tout d'abord, fin août : la parution du tome 3, Le Pont de Sépharée, de l'adaptation en bandes dessinées, très réussie, des Sept Cavaliers.

Salué par la critique et plébiscité par les lecteurs, le travail de Jacques Terpant est en tout point remarquable. Le graphisme est superbe, la palette des couleurs somptueuse... C'est avec un très grand talent que Jacques Terpant a su capter l'atmosphère du roman de Jean Raspail. Il excelle à peindre les paysages aussi bien que les châteaux, à rendre vivants les personnages, caractérisant chacun. Presque chaque vignette constitue une véritable œuvre d'art. Jean Raspail ne s'y est pas trompé du reste, lui qui était plutôt réservé au début de l'aventure. Son enthousiasme n'a cessé de croître. A telle enseigne qu'il a donné son aval au nouveau projet de Jacques Terpant : l'adaptation des Royaumes de Borée...

Pour commander en ligne l'ouvrage de Jacques Terpant
Cliquez sur le lien, ci-contre !

 

DÉCOUVREZ DES PLANCHES
 DE L'ADAPTATION EN BANDES DESSINÉES
DE
SEPT CAVALIERS... TOME 3
PAR JACQUES TERPANT !
(cliquez sur l'image, ci-dessous)

 


Autre nouveauté : la réédition illustrée, chez Via Romana, du second roman de Jean Raspail, publié en 1962, chez Julliard, devenu depuis lors quasiment introuvable : Les Veuves de Santiago.

Les Veuves de Santiago vous emportent au galop en terre indienne, sur l’altiplano du Pérou, face à l’irruption de la société moderne. Outre la vie, les traditions, la déchéance des grands féodaux propriétaires d’haciendas, Jean Raspail met en scène la lutte acharnée, mais aussi les joies, les peines, les amours de femmes altières et séductrices qui vont entraîner leurs hommes sur le chemin de la résistance. Horizons infinis, cavaliers fils de conquistadors, épouses, servantes-maîtresses, mères ou amantes de haut caractère, cette histoire de chair et de sang s’ouvre par la prédiction d’un sorcier bossu… Les aquarelles du peintre et grand voyageur Yan Méot illustrent magnifiquement cette saga d’un monde perdu.

Vous pouvez commander l'ouvrage directement chez l'éditeur : 

VIA ROMANA
5 rue du Maréchal Joffre
78 000 Versailles
chèques franco de port de 28 euros à l’ordre de Via Romana.
Ou bien chez Amazon :

Pour commander en ligne les ouvrages :
Cliquez sur les vignettes, ci-contre !

 

 

 

Signalons l'excellent ouvrage de Philippe Sauve, Horizon Dakota : En canoë sur la rivière sacrée à la rencontre de la Nations Sioux, ainsi présenté par Jean Raspail :


  «Mon cher Slava, autant que je commence par te présenter aux chanceux lecteurs de Horizon Dakota, le nouveau livre de ton maître et coéquipier Philippe Sauve. Qu'ils sachent que tu es un ourson en peluche, que tu as déjà, en sa compagnie, affronté la Sibérie du sud au nord, ce n'est pas rien. L'aventurier en canoë que je fus aussi dans ma jeunesse sait combien il est exténuant, à la limite du désespoir, de manœuvrer seul une embarcation capricieuse et vulnérable à travers les rapides sauvages, la crête des vagues, le vent qui hurle... Dis-lui à l'occasion que je le salue chapeau bas. Dans sa préface à Siberia, un autre fameux livre de ton maître, Sylvain Tesson affirmait déjà n'avoir jamais lu auparavant "une aussi passionnante étude des relations entre le voyage et la peur...". Trois ans plus tard, il n'a pas changé, Philippe Sauve ! Il boxe jour et nuit avec sa peur, un match sans fin dont au fil des pages il rend compte avec une étrange fureur calme. Ton maître est un écrivain, et même un bel écrivain...»

 

 

  Signalons également la récente publication aux éditions Sainte-Madeleine de l'excellent ouvrage de Madeleine Roussel consacré à l'univers romanesque de Jean Raspail,  Jean Raspail - Miroir d'une œuvre, ainsi présenté par l"éditeur :

Dans la " morne plaine " du monde littéraire contemporain, Raspail fait partie des très rares romanciers qui émergent de la médiocrité. Pour le dire sans détours, il y a chez lui du génie : faute impardonnable aujourd'hui... Pire encore pour beaucoup : sa haine de tout consensus mou et son amour ardent de la civilisation occidentale. Chantre des épopées qui échouent, il pourrait passer pour pessimiste, mais chacun de ses livres est une invitation pour le lecteur à réussir sa propre aventure individuelle. Si l'on ne peut toujours changer LA vie, il reste possible de changer DE vie. Une cause noblement défendue grandit celui qui se bat pour elle. Elle enrichit le monde d'un peu de " panache " et de ce " supplément d'âme " qui seul peut l'empêcher de mourir tout à fait. Dans son petit essai, Madeleine Roussel nous promène à travers l'oeuvre de Raspail " avec exactitude topographique et véritable compréhension du "terrain" : virtuosité et intelligence " (lettre de Jean Raspail à l'auteur). C'est de fait une magnifique analyse littéraire conduite avec ordre et logique, qui donne au lecteur l'agréable impression d'être intelligent...

Vous pouvez commander l'ouvrage directement chez l'éditeur : 

Éditions Sainte-Madeleine
84330 Le Barroux
10 euros
www.barroux.org

 

 

JEAN RASPAIL EN BANDE DESSINÉE
PAR JACQUES TERPANT
SUITE !

 Le tome 2, Le Prix du sang, de la superbe adaptation en BD, par Jacques Terpant, de Sept Cavaliers sortira aux Éditions Delcourt (accompagné d'une réédition du Tome 1) fin août 2009 ! Commandez-le dès maintenant !

Pour commander en ligne l'ouvrage de Jacques Terpant
Cliquez sur le lien, ci-contre !

 

 

DÉCOUVREZ DES PLANCHES
 DE L'ADAPTATION EN BANDES DESSINÉES
DE
SEPT CAVALIERS... TOME 2
PAR JACQUES TERPANT !
(cliquez sur l'image, ci-dessous)

ENTRETIEN AVEC JEAN RASPAIL
&
JACQUES TERPANT
(cliquez sur l'image, ci-dessous)

 

JEAN RASPAIL REÇOIT
LE PRIX COMBOURG 2008

 

  Le Prix Combourg est décerné chaque année à un écrivain dont le style honore la mémoire et l’œuvre de Chateaubriand qui passa au château de Combourg (Ille et Vilaine) une partie de sa jeunesse.

  Le dixième prix Combourg a été décerné en présence de nombreuses personnalités à l'écrivain voyageur Jean Raspail pour son livre «Septentrion» et l'ensemble de son œuvre. Grand voyageur, journaliste et romancier, Jean Raspail revendique ses sentiments royalistes.

Le Jury du Prix Combourg :

La Comtesse de la tour du pin Verclause
Guy Comte de la Tour Pin Verclause, son fils
Catherine Decours, écrivain
Robert de Goulaine, écrivain
Ghislain de Diesbach, écrivain
Jean de Malestroit, écrivain
Bernard Degout, directeur de la Vallée aux Loups
Sacha Bauquin, écrivain
Monsieur l’abbé Heudré
Jean-Yves paumier, chancelier de l’Académie de Bretagne
Romain Barreau, professeur d’université
Hervé Louboutin, journaliste
Et les lauréats précédents du prix Combourg

Cliquez sur l'image

JEAN RASPAIL EN BANDES DESSINÉES
PAR JACQUES TERPANT

 

Grand événement : Le tome 1 (il y en aura 3 en tout) de l'adaptation par Jacques Terpant de Sept Cavaliers vient de sortir aux Éditions Delcourt.

La bande-dessinée, qui reprend le texte de Jean Raspail est très belle - superbe graphisme, superbes couleurs -, très respectueuse de l'œuvre et de son esprit. Pour une première, il s'agit d'une réussite incontestable qui, du reste, a soulevé l'enthousiasme de Jean Raspail ! A acquérir de toute urgence !

Pour commander en ligne l'ouvrage de Jacques Terpant
Cliquez sur le lien, ci-contre !

 

 

DÉCOUVREZ DES PLANCHES
 DE L'ADAPTATION EN BANDES DESSINÉES
DE
SEPT CAVALIERS...
PAR JACQUES TERPANT !
(cliquez sur l'image, ci-dessous)

 

Entretien avec Jean Raspail
et Jacques Terpant

RÉÉDITION D'UN DES TRÈS GRANDS ROMANS DE JEAN RASPAIL :

SEPTENTRION


«On ne peut rien contre ceux qui viennent. Sinon s'enfuir encore plus loin...»

 

«Maintenant, ils roulent vers le nord. Ils ont quitté la ville juste à temps, avant l'invasion sournoise venue du sud, et dont ils ont été les seuls à percevoir la nature, ne recouvre la cité de son uniformité grise. Trente-cinq compagnons de hasard qu'un même instinct a réunis dans cet antique train jaune et or, superbe relique d'une époque glorieuse de l'histoire du Septentrion. Autour de Kandall, de la belle Clara de Hutte et de Jean Rudeau, il y a des femmes, des enfants, cinq dragons, quatre hussards, deux mécaniciens, un chiffonnier, un prêtre qui sent le soufre, quelques autres encore. Trente-cinq : les hommes du refus, les derniers hommes libres.
Ils roulent vers le nord, à travers forêts et steppes. A travers l'espace et le temps qui s'étirent.
Un jour, ils comprennent qu'ils sont poursuivis. Qui les poursuit? Et pourquoi? Jusqu'à quand brillera au-dessus d'eux l'étoile qui semble les protéger? Échappe-t-on à la multitude anonyme vêtue de gris?

 

Pour commander en ligne l'ouvrage de Jean Raspail,
Cliquez sur l'image !

Pour plus de détails, voir notre page
consacrée à
SEPTENTRION
dans la bibliographie

 

LE "HUARD" RETROUVÉ !


 A tous les lecteur de En canot sur les chemins d'eau du roi, le HUARD est familier, puisqu'il s'agit d'un des deux canots - celui de Jean Raspail et Philippe Andrieux, précisément -, lors de l'extraordinaire épopée de Trois-Rivières à La Nouvelle-Orléans de 1949.
De retour en France, après l'expédition, les canots avaient été remisés dans un hangar et petit à petit l'oubli avait fait son œuvre.

Or, par un extraordinaire hasard, voilà que le HUARD a été retrouvé par un admirateur de Jean Raspail...
« L'ancien président de l'association des Randscouts & Randguides est tombé par hasard (mais est-ce vraiment un hasard ?) sur le canot de Jean Raspail en allant visiter un de ses fournisseurs », nous raconte Angélique Dubost. « Le canot était suspendu au-dessus d'un amas de ferraille. Il n'a été reconnu que parce que cet ancien scout avait lu En canot sur les chemins d'eau du Roi... Á ce moment-là nous n'étions pas certains qu'il s'agisse du canot de Jean Raspail. Cela nous paraissait trop incroyable. Bien sûr, l'arrivée du canot dans notre local a éveillé la curiosité de chacun. J'ai donc voulu lire le dernier livre de Raspail. Et, ne me souvenant pas du titre, j'ai fait des recherches sur internet, recherches qui m'ont conduite sur votre site. C'est à la lecture de la biographie que nous avons eu la quasi-certitude que le canot était celui de l'équipe Marquette. Nous l'avons retrouvé à deux pas des anciens Moulins de Corbeil. Et c'est cette quasi-certitude qui m'a amenée à écrire à l'auteur... Nous y avons vu un signe... »

Début avril, Jean Raspail est venu "reconnaître" officiellement le canot, non sans émotion, à l'invitation de l'association des Randscouts & Randguides...

VOIR notre "Album-souvenir" ci-contre !

 

 

LE GRAND PRIX DES EXPLORATIONS ET DES VOYAGES DE DÉCOUVERTE
DE LA SOCIÉTÉ DE GÉOGRAPHIE
POUR 2007
DÉCERNÉ A JEAN RASPAIL

      Ce grand prix a été attribué pour la première fois en 1829, au capitaine John Franklin, explorateur polaire, puis en 1830 à René Caillé pour son voyage à Tombouctou.
  Parmi les lauréats, français ou étrangers, on relève les noms du capitaine John Ross (1834), de l'amiral Dumont d'Urville (1841), du pasteur Livingston (1857), de Stanley (1878), de Brazza (1879), de Nordenskjöld (1880), du commandant Marchand (1900), de Shackelton (1910), du commandant Charcot (1912), de Charles Lindbergh (1927), de Louis Audouin-Dubreuil (Croisière jaune 1933), de Maurice Herzog (1950), de Théodore Monod (1952), de sir Edmund Hillary (1955), de Neil Armstrong (1970), de Jean-Louis Etienne (1991), de Yann Arthus-Bertrand (2001) et Nicolas Hulot (2003)...

   La société de Géographie a été fondée en 1821 sous le règne du roi Louis XVIII. Elle est la plus ancienne société de géographie au monde, avant Berlin (1828), Londres (1830) et New York (1852). Son président actuel est M. Jean Bastié, professeur émérite de géographie à la Sorbonne, et son vice-président le professeur Jean-Robert Pitte, président de l'Université Paris-Sorbonne.

    Le prix sera remis à Jean Raspail le 24 novembre au siège de la Société de Géographie, en présence de M. Erik Orsenna, de l'Académie française, lauréat 2006, qui prononcera l'allocution rituelle.

 

*   *   *

LE DICTIONNAIRE DES PIKKENDORFF - UN INÉDIT DE JEAN RASPAIL SUR LE SITE...

C'est un cadeau précieux que JEAN RASPAIL a décidé de faire aux visiteurs de son site : LE DICTIONNAIRE COMPLET DES PIKKENDORFF! Il le conservait sous le coude depuis déjà un certain temps, avec le projet de le publier en édition limitée et illustrée. Le projet a fait long feu - et c'est ainsi que JEAN RASPAIL a décidé de nous l'offrir. Outre la mine d'anecdotes qu'il représente, il constituera aussi, n'en doutons pas, un outil fort utile pour tous les lecteurs des oeuvres de Jean Raspail. La mise en page, la présentation, l'index nous ont pris énormément de temps. Peut-être s'est-il glissé quelques erreurs?... N'hésitez pas à nous les signaler.
   Durant l'année écoulée (2004), nous avons encore reçu énormément de courrier. Nous avons ainsi pu mettre à jour le "
FORUM"... Nous rappelons que dans la mesure où le message est poli, nous le transmettons à JEAN RASPAIL. On ne doit toutefois pas perdre de vue que celui-ci ne peut pas répondre à chacun, ni à chaque demande. Sinon : Où prendrait-il le temps de continuer à nous enchanter par des oeuvres nouvelles ?

En juin 2004, JEAN RASPAIL a publié un article très polémique, dans les colonnes du FIGARO, en réponse à la question : "QU'EST-CE QU'ÊTRE FRANÇAIS AUJOURD'HUI ? Après d'Hélène Carrère d'Encausse, Alexandre Adler, Michel Wieviorka, Alain-Gérard Slama, Max Gallo et des entretiens avec René Girard, Claude Bébéar et Amin Maalouf, la tribune de Jean Raspail, intitulée LA PATRIE TRAHIE PAR LA RÉPUBLIQUE fit l'effet d'une bombe. Nous en reproduisons le texte dans les pages "ENTRETIENS & TEXTES DIVERS".

 

2006 : Le 11ème Prix
de l'Armée de Terre Erwan Bergot
a été remis à Jean Raspail...